Comment garder la forme sur un long-courrier

garder forme avion

Traverser les océans, se rendre à l’autre bout du monde à plus de 30.000 pieds d’altitude, c’est prendre l’assurance d’une longue période qu’on passera confiné dans un espace ultra réduit , ou dans les salles d’attente d’aéroports pas toujours propices au fun et aux activités physiques. Évidemment, parce qu’une fois qu’on a fait le tour des duty free et qu’on a calculé le taux de fast-food au m² franchement, on s’ennuie. Du coup, on ne s’en rend pas forcément compte, mais toute cette immobilité, en plus d’une position assise pas toujours très confortable, est éprouvante pour notre corps. Et tu connais l’adage, il faut ménager sa monture tout ça tout ça (la monture c’est toi on est d’accord). Ajoutez un peu d’anxiété, de stress et un sommeil perturbé, on arrive sans grande difficulté à destination complètement sur les rotules, de quoi se rappeler qu’un vol long-courrier ça se prépare comme un bleu, histoire de débuter des vacances en partant du mauvais pied. C’est un peu la base de tout.

Faire des exercices, briser l’immobilité.

Passer de longues heures en position assise, ça n’est pas bon pour la circulation sanguine et ça, on a tendance à l’oublier un peu trop vite. Ainsi pour éviter les risques d’engourdissement, voire quelques complications plus sévères (formation de caillot de sang dans les veines et artères), il ne faut surtout pas hésiter à se promener dans les allées de l’appareil, se dégourdir les jambes. L’explication est simple: la pressurisation de l’avion, mêlée à votre position favorisent le ralentissement de votre circulation sanguine et donc la stagnation de votre sang notamment dans les jambes. Il faut donc bouger, faire des exercices, et pratiquer des étirements régulièrement. On évite ainsi le mal de dos et le mal de jambe. Il n’est d’ailleurs pas rare de voir quelques personnes faire les 100 pas au moment où les lumières sont éteintes, ces heures où il n’y a pas foule dans les allées de l’avion. Elles ne s’ennuient pas, elles prennent soin d’elles. Copiez-les. Dans cette optique, si vous avez la possibilité de faire un peu de sport avant d’embarquer et ne pas rester statique, ou pendant une escale il ne faut pas hésiter une seule seconde. Les aéroports ouvrent de plus en plus d’espaces dédiés à la remise en forme et autres salles de gym (on pense à l’aéroport Pearson de Toronto, mais attention c’est souvent payant). Du yoga pour la zen attitude marche bien également, ainsi que pour tous ces exercices de souplesse et d’étirement, n’ayez plus peur de rien, personne ne vous regarde.

Un lien qui donne quelques exercices faciles à faire lorsqu’on a peu de place, donc dans l’avion: Gymnastique veineuse.

Et un autre pour des exercices à réaliser spécifiquement sur son siège, sans mettre des tatanes à son voisin de rangée. C’est très complet, et c’est fait par un docteur.

Encore une chose primordiale à faire une fois que vous êtes à bord, il faut retirer vos chaussures et enfiler des bas de contention, comme tout le personnel naviguant d’ailleurs, des pilotes aux hôtesses.

Avoir une tenue adaptée.

Pensez confort et vie pratique. On n’est pas sur un podium pour présenter la collection printemps/été d’une maison de haute couture. Alors à toutes les meufs en jean moulant et talons hauts ou robe moulante bien chicos, les 3 copines de Genève je m’adresse à vous, vous vous faites du mal et vous n’impressionnez personne à défiler dans la file d’attente vers le contrôle de sécurité. Vous allez passer plusieurs heures dans un espace réduit, pressurisé, assises dans un fauteuil inconfortable après 8h de vol, habillez vous en conséquence. Les mecs c’est pareil, réveillez-vous. Un pantalon léger et confortable nous paraît être plus approprié, voire un survet’ on n’a peur de rien. Il faut aussi penser au climat de votre destination, surtout lorsqu’on quitte l’hiver pour les tropiques en n’oubliant pas que s’il fait chaud à l’arrivée, il faudra toujours quelque chose pour se couvrir. L’air conditionné des aéroports et des avions, la fatigue accumulée, tout ceci nous fragilisent, et on peut facilement tomber malade une fois sur place. Mauvais trip.

S’hydrater, se sustenter.

L’air à l’intérieur de la cabine étant très sec, il est facile de se déshydrater sans qu’on ne s’en rende compte. Il faudra donc boire même lorsque vous n’avez pas forcément soif. Et à cela pas 36 remèdes, il faut de l’eau, pas de thé, pas de café, pas de sodas trop sucrés (et gazeux, ils vous feront en plus mal au bide), pas d’alcool parce que ça accélère la déshydratation, non,  juste de l’eau. Une fois que vous avez passé les contrôles de sécurité dans l’aéroport, achetez une petite bouteille histoire de l’avoir toujours avec vous une fois dans l’avion. Vous pourrez ainsi boire régulièrement, comme bon vous semble.

Quant à la nourriture, prévenez au préalable votre compagnie aérienne si vous avez des exigences particulières, liées à vos habitudes alimentaires ou votre confession religieuse notamment. Un petit encas glissé dans la poche ça fait le taff quand ça creuse et que les plateaux-repas tardent à arriver. Surtout, mangez, mais mangez léger sinon l’inconfort vous guette.

Se détendre.

Variez les plaisirs, vous avez le temps et pas beaucoup d’échappatoires. Il n’y a pas que les films proposés sur un écran 4k 70 cm imaginaire pour se détendre, il y a aussi le bon bouquin que vous avez mis de côté dans votre bagage cabine. Bien joué, vous venez de vous offrir une occasion de lire! De même, pour une qualité d’écoute nettement améliorée, vous n’aurez pas manqué d’apporter avec vous vos propres écouteurs, et votre propre musique.

avion

Crédits photo: (1) VideoBlocks, (2) Gelty, (3) Free Icons Library.

Ça vous a plu? Soutenez-nous sur Utip! Visionnez une pub pour Viens, on s’arrache! Merci 🙂

Laisser un commentaire

Voir également

La réponse du Petit Futé!

Rectification : la NON-REPONSE du Petit Futé. Ne soyez pas surpris. Plus de 6 mois se sont…