Où dormir à Bangkok.

bangkok thailand

Alors c’est vrai, je n’ai pas passé énormément de temps à Bangkok, mais comme la Thaïlande est l’une des destinations les plus prisées au monde, je me suis fait aider par d’autres aventureux baroudeurs, il n’a pas été difficile d’en trouver, qui avaient déjà pu m’orienter avant mon départ. Ils et elles m’avaient dit « Je te conseille d’aller là.. » ou « tu verras ici c’est pas mal… » et comme souvent je n’en ai fait qu’à ma tête. Mais comme je sais qu’ils sont avisés et toujours de bons conseils, je vais faire un mix de tout ça, avec le retour de ma propre expérience (et ça sera pareil pour Chiang Mai). On va y aller par quartier, sans forcément les faire tous puisqu’on a décidé de ne pas s’éloigner de nos préférences.

Chinatown.

chinatown bangkok

Chinatown est une ville dans la ville, avec une atmosphère si particulière que je ne l’ai jamais retrouvée dans d’autres grandes cités. Même le quartier chinois new-yorkais ne présente autant de couleurs, de saveurs et d’authenticité. C’est tout bonnement la première grosse claque de mon séjour en Thaïlande, où par le plus grand des hasards j’avais réservé mes deux seules nuits à Bangkok dans l’une des rares guesthouses alentour.

Ce qu’on apprécie.

  • La gare Hua Lampong toute proche, direction le nord ou le sud du pays, ainsi que la station de métro du même nom.
  • La folie de Chinatown, ni plus ni moins.
  • Proche du centre historique de la ville.
  • La nourriture de rue et toute l’Asie.
  • Le fleuve au sud et Rajchawongse.
  • Les passants qui, nous voyant perdus et épuisés avec notre barda sur le dos, nous ont simplement tendu la main.

Le revers de la médaille.

La nuit venue (en deuxième partie de soirée) soyons honnêtes, il y a peu d’animation. Les restaurants ferment relativement tôt et les bars qui donnent envie de se poser tranquillement ne courent pas les rues. Le 103 Bed and Brews, qui loue aussi des chambres, a quand même sauvé ma première soirée à Bangkok. L’envie frénétique d’une bonne pinte en plein jet-lag affalé dans un canapé ça ne se programme pas, ça se subit, et je l’ai bien vécu.

Une suggestion testée dans le coin.

Pop Art Hostel China Town: idéal pour le backpacker fauché ravi de ce qu’il a pour un prix si dérisoire, à 10 minutes à pieds de la gare et du métro, et une rue derrière le Baanbangkok Chinatown: le staff est top, on s’y sent bien, je l’ai testé.

Phahurat – Little India.

little india bangkok

C’est un bout de quartier en comparaison de Chinatown, auquel aucun guide n’arrive à le dissocier. Pourtant ça n’est pas véritablement la même chose ni la même ambiance. Little India c’est l’Inde, forcément, avec son cortège de tissus bigarrés et de senteurs qui nous font frétiller la narine. Une envie de tikka masala à satisfaire, vous êtes au bon endroit, tout comme l’envie pourquoi pas de se faire tailler un costume sur-mesure à moindre coût avec une qualité de tissu pas dégueulasse. Le mot est lâché.

Ce qu’on apprécie.

  • Proche de Chinatown à l’est.
  • Proche Rattanakosin au nord.
  • Le marché de Phahurat et l’ambiance Bollywood que ses étales et échoppes dégagent.
  • Le Sri Guru Granth Sahib, un temple Sikh le plus important de la ville et le deuxième plus grand du monde. On peut le visiter.

Le revers de la médaille.

Pas évident de s’y rendre sans emprunter tous les transports possibles, à moins de payer un taxi, ou de marcher depuis Hua Lampong. Et quand on est chargé avec un budget pour le coup trop léger, ça peut vite devenir pénible. En soirée, on n’est pas non plus gêné par l’animation, il n’y en a pas, ou si peu.

Une suggestion testée dans le coin.

The Grand Palace Hostel: n’a de palace que le nom tout en étant abordable, et situé au cœur de Little India. En revanche, The Onion Hostel at Flower Market au bord de l’eau est de loin ce qui se fait de mieux dans ce coin-là. Vraiment.

Khao San Road.

bangkok kaosan road

On a coutume de dire que Kaoh San Road est le quartier des routards, des touristes et de tous ceux qui aiment faire la fête (on y a d’ailleurs passé un nouvel an!). On a beau chercher, on ne saurait mieux dire. Entre le marché de nuit, les bars qui ne désemplissent pas, les boutiques de fringues, la restauration rapide et les salons de massages, vous pourrez tout acheter et tout consommer pour pas trop cher qu’on se le dise, avec une certaine musique de fond… ou le brouhaha, va savoir. C’est qu’il y a de l’animation dans le quartier.

Ce qu’on apprécie.

  • L’offre hôtelière défie toute concurrence en l’écrasant par des prix franchement bas.
  • Le rendez-vous de la fête et des soirées (j’y ai passé le Nouvel An je peux t’en causer).
  • Proche du centre historique de la ville, lieu incontournable d’un séjour dans la capitale thaïlandaise.
  • L’embarcadère Phra Arthit qui te permet de te déplacer facilement sur le fleuve Chao Phraya, et de rejoindre plein de quartiers de Bangkok.
  • Beaucoup d’agences touristiques si tu veux t’organiser une excursion sympa.

Le revers de la médaille.

Quand on débarque de l’aéroport, ce n’est pas le plus facile d’y aller. Oublie le métro, dans le quartier il n’existe pas. Touristique à souhait et bourré d’attrape-couillon quand on a le malheur de baisser sa garde. Point de convergence des routards et autres voyageurs, la langue usuelle du quartier n’est pas le thaïlandais. D’ailleurs, on pourrait presque se dire qu’on aurait très bien pu être dans un tout autre endroit plutôt qu’à Bangkok, on n’aurait pas su faire la différence. C’est très cosmopolite, mais loin d’être authentique, en plus d’être bruyant.

Une suggestion testée dans le coin.

Lamphu House: c’est calme tout en étant proche de l’animation, p’tit dèj dans la cour sympa.

Silom.

silom bangkok

Silom est davantage connu pour être le quartier des affaires et de la finance de Bangkok d’un côté, et le quartier rouge le plus illustre, Patpong, de l’autre, qu’un haut lieu touristique de Thaïlande. C’est un peu plus chicos ici, et c’est sans mal qu’on est rapidement confronté à l’aisance et le cliquant du haut de gamme. C’est une affaire de de goût, de tendance, et ils sont nombreux ceux qui aiment tout ce qui est branchouille.

Ce qu’on apprécie.

  • Facilité d’accès par l’abondance en transports en commun, métro aérien et métro tout court en premier lieu.
  • Grande variété de la gamme hôtelière qui profitera à toutes les bourses, lourdes ou légères.
  • Très animé la nuit venue.
  • Lumphini Park pour squatter.

Le revers de la médaille.

Le quartier de Silom n’a rien de pittoresque et ne donne pas franchement envie d’y rester. Ici, on est tourné vers les affaires, pas le tourisme ou celui d’un genre particulier, dans des endroits particuliers. Un ping-pong show ça vous dit?

Une suggestion testée dans le coin.

Silom Art Hostel: un style de déco sympa pour des prestations au rapport qualité/prix très correct.

Siam Square.

thailand bangkok

Au royaume d’Hermès, Siam Square pourrait faire figure de capitale, tant la concentration de bâtiments dédiés à la consommation est impressionnante. Le quartier s’apparente au plus grand centre commercial de toute cette région d’Asie, pas seulement de Thaïlande, de quoi faire facilement tourner la tête de celles et ceux qui sont accros au shopping. The place to be pour faire de bonnes affaires et s’assécher la langue par trop de lèche-vitrine.

Ce qu’on apprécie.

  • Comme c’est un quartier central de Bangkok, il n’existe aucun obstacle pour se déplacer facilement, c’est forcément ultra bien desservi.
  • Exciter l’acheteur compulsif qui sommeille en nous et le mettre à l’épreuve de tous ces gros centres commerciaux. Non, tu n’achèteras rien, essaye un peu pour voir.
  • Large éventail d’hôtels disponibles.
  • La Maison de Jim Thompson.

Le revers de la médaille.

Ça grouille de monde dans les rues, les magasins, et comme j’ai déjà la Part-Dieu chez moi, les centres commerciaux quand je voyage ça n’est décidément pas ma came.

Une suggestion testée dans le coin.

Lub d Siam Square: auberge de jeunesse qui dépanne. Elle est surtout hyper bien située, au niveau de la station National Stadium, à deux pas du MBK et du Siam Center.

Crédits photo: (1) findimages; (2) Ninara; (3) Isabelle Touyarou; (4) Shutterstock; (5) Atchoum; (6) CM.

Ça vous a plu? Soutenez-nous sur Utip! Visionnez une pub pour Viens, on s’arrache! Merci 🙂

Laisser un commentaire

Voir également

En route pour Khoujir, avec un schlass et une grand-mère.

Irkoutsk en Sibérie, une chaude journée de juillet. Selon l’usage consacré, les premiers a…