Vols régionaux: Bangkok, la porte ouverte sur toute l’Asie du Sud-Est.

bangkok airport

Lorsqu’on parle d’Asie du Sud-Est en le conjuguant au temps du voyage, on se réfère expressément à cette partie du monde comprenant les pays suivants: Brunei, Cambodge, Indonésie, Laos, Malaisie, Myanmar (Birmanie), Philippines, Singapour, Thaïlande, Timor Oriental et enfin Viêt Nam. Et quand on s’imagine le hub régional idéal, on ne peut que s’incliner devant Bangkok, mais ça, on n’en avait pas vraiment idée au départ.

Le deal a d’abord été très simple, j’ai dit à ma baroudeuse « viens, on s’arrache, » pour l’entendre acquiescer, avant d’ajouter « mais pas n’importe où. » Et comme nous mesurons chacun le prix qu’il coûte pour avoir l’illusion de prendre l’ascendant sur l’autre, on a décidé de laisser le choix au hasard pour notre prochaine destination. Sur de petits bouts de papier, nous avons chacun écrit le nom de trois pays que nous voulions absolument visiter, pour arrêter la main innocente qui dévoilerait le titre de notre aventure. Là, dans la rue. Ce n’était pas nécessaire, mais elle nous a envoyés au Cambodge. L’un de mes choix.

Problème, après de nombreuses recherches pour obtenir un vol abordable de France à destination de Phnom Penh, il fallait se rendre à l’évidence: le prix des billets d’avion nous mettait sur un budget global hors de portée. Notre solution, la Thaïlande, parce qu’après tout pourquoi pas. Pour payer vraiment moins cher, mais au prix d’une incroyable expérimentation, nous  avons décollé de Genève vers Bangkok. Et bien ce petit truc, justement, ça change tout.

Ça change tout parce que nous n’avons pas poussé le raisonnement jusqu’au bout, pour redécoller vers notre destination initiale, le Cambodge, alors qu’une fois sur place nous avons bougé à travers tout le pays. Nous avons fait le choix de nous délocaliser pour prendre notre vol vers la Thaïlande, sans penser qu’on pouvait aussi le faire pour l’atterrissage. C’est con, hein? Sauf que sur le moment, on n’a pas vraiment conscience des opportunités que nous offre Bangkok.

Un choix évident.

Les vols à destination de Bangkok en Thaïlande, qui est de très loin le pays le plus attractif et le plus visité de toute la région, sont de fait assez bons marché. Ils bénéficient d’offres promotionnelles très intéressantes tout au long de l’année, et la plupart des compagnies aériennes s’y rendent. D’une manière générale, il sera toujours plus facile d’aller dans la résidence du Bouddha d’émeraude plutôt que n’importe où ailleurs dans la région, et pour moins cher.

Avec ses deux aéroports, la capitale thaïlandaise est un hub incroyable pour qui veut se rendre en Asie du Sud-Est. Les vols intérieurs et les vols régionaux sont très abordables, c’est ce dont nous nous sommes rendu compte une fois sur place. De nombreuses rotations et plusieurs compagnies aériennes low cost, mais pas seulement, offrent autant de choix qu’il est possible d’avoir, et vous permettre ainsi d’obtenir un prix économique pour de très nombreuses destinations. Il n’est d’ailleurs pas très compliqué, finalement, de booker un vol à la dernière minute pour d’autres villes thaïlandaise ou de pays limitrophes quand on est déjà sur place. On en parle dans ce retour d’expérience, qui vaut tout aussi pour les vols régionaux, c’est-à-dire dans toute l’Asie du Sud-Est.

En un mot comme en un chiffre: 335. C’est le nombre (selon openflights.org) de destinations au départ de Bangkok.

Bangkok-Suvarnabhum.

C’est l’aéroport international principal de la capitale thaïlandaise. Il est également le plus récent (ouvert en 2006) et se trouve à l’est de Bangkok, à environ 40 kilomètres. Il est en passe de devenir l’aéroport le plus important de toute la région. Les principales compagnies aériennes y sont présentes. Si vous arrivez d’Europe, c’est là que vous atterrirez.

Pour exemple:

8 villes du Viêt Nam: Hanoï-Nội Bài, Hô-Chi-Minh Ville, Phú Bài, Cam Ranh, Đà Nẵng, Phú Quốc, Hải Phòng-Cat Bi, Cần Thơ, desservies par 5 compagnies aériennes, dont certaines destinations en vol charter.

2 villes du Myanmar: Rangoon et Mandalay par 5 compagnies aériennes.

2 villes du Cambodge: Phnom Penh et Siem-Reap (Angkor) par 3 compagnies aériennes.

4 villes du Laos: Luang Prabang, Savannakhet, Vientiane, Paksé par 4 compagnies aériennes.

D’autres destinations en Asie du Sud-Est, évidemment, comme Bali et Singapour sont bien pourvues.

Site de l’aéroport.

Aéroport international Don Muang.

Il s’agit de l’ancien aéroport international de Bangkok, installé au nord de la ville. Davantage mis en avant pour les vols intérieurs que les vols internationaux, sauf dans une pleine mesure au niveau régional: l’Asie du Sud-Est, justement ce qui nous intéresse, comme vers le Myanmar, le Cambodge ou encore le Vietnam, mais aussi Bali…

4 villes du Viêt Nam: Hanoï-Nội Bài, Hô-Chi-Minh Ville, Đà Nẵng, Cần Thơ, desservies par 3 compagnies aériennes.

2 villes du Myanmar: Rangoon et Mandalay par 3 compagnies aériennes.

2 villes du Cambodge: Phnom Penh et Siem-Reap (Angkor) par Thai AirAsia.

2 villes du Laos: Luang Prabang et Vientiane avec Thai AirAsia aussi.

Site de l’aéroport.

On a testé (en vol intérieur):

  • Nok Air: propre et classe, on a même eu la bonne surprise de recevoir une petite bouteille d’eau.
  • Thai Lion Air: plus de 2 heures de retard sans explications, du personnel aussi bien informé que nous, on se serait cru sur un vol EasyJet. Arrivés à bon port sans plus d’embuche.

Pour info, sachez qu’il est très facile de se rendre d’un aéroport à l’autre avec un shuttle bus.

L’alternative Singapour-Changi.

17ème aéroport mondial, le plus grand de la région, Singapour-Changi offre une solution également attrayante pour qui veut se rendre en Asie du Sud-Est en faisant une légère escale (d’autant que vous n’avez pas besoin de visa). Toutefois, la position centrale de Bangkok lui confère un net avantage, avec des vols à des prix plus attractifs. Le hub de la région, c’est Bangkok, point final. Cela étant, l’aéroport singapourien à lui seul vaut le détour. C’est, paraît-il, le plus beau du monde, un truc de malade.

Site de l’aéroport.

Faire d’une pierre deux coups.

Puisque l’entrée en Thaïlande est gratuite et sans formalité (pour une durée inférieure à 30 jours), on se dit qu’on serait bien inspiré de saisir cette occasion, et de se prendre un peu de temps supplémentaire pour visiter la capitale avant de repartir vers notre destination finale, et peut-être plus loin encore. Il y a énormément de choses à voir et à visiter, la ville est vaste, surprenante et animée.

On a d’ailleurs pour vous quelques bonnes adresses si vous souhaitez trouver à vous loger à Bangkok.

Crédit photo d’en-tête: Clint.

Ça vous a plu? Soutenez-nous sur Utip! Visionnez une pub pour Viens, on s’arrache! Merci 🙂

2 Commentaires

  1. Avatar

    José

    28 juillet 2019 at 5 h 39 min

    Bien vu, Bangkok plaque tournante de l’Asie pour les pays limitrophes. Pas cher, pratique, parfait.

    Répondre

Laisser un commentaire

Voir également

La réponse du Petit Futé!

Rectification : la NON-REPONSE du Petit Futé. Ne soyez pas surpris. Plus de 6 mois se sont…