New York : la Big Apple

New-York City

 

Cette ville est bien connue des sportifs pour son marathon mythique et c’est à cette occasion que nous la découvrons et que nous sentons battre son pouls, au rythme de la vie trépidante qui règne partout dans la cité, plus particulièrement dans le centre névralgique de Manhattan.

New York

C’est un peu la vitrine de New York et c’est principalement là que nous allons passer nos quelques jours, le nez en l’air pour admirer les façades des immeubles et des buildings, mais aussi pour visiter les principaux sites emblématiques de la Big Apple. Mais bien sûr, nous n’en ferons pas entièrement le tour et nous devrons faire des choix.

Nous attendions ce moment avec impatience et nous y sommes enfin. On le connait tous tant il est archi connu et reconnu. Vous y êtes ?

Times Square.

Manhattan, New York

Nous sommes un peu comme des gamins devant leur premier sapin de Noël, avec des yeux ronds de surprise et d’admiration. C’est le jour en pleine nuit avec une foule impressionnante qui arpente les trottoirs, envahit les magasins et fait la queue pour assister aux spectacles de Broadway. Ici on vient pour dîner ou boire un verre dans les nombreux bars et restaurants dans une débauche de lumières et de panneaux publicitaires géants.

Ce quartier, comme l’ensemble de la ville est très cosmopolite et l’on voit de tout, de jour comme de nuit. De Mickaël Jackson qui fait son show à un mariage gay en pleine rue, il n’y a qu’un pas qui est vite franchi sans pour autant choquer. C’est assez exceptionnel, et même parfois déroutant. Il y a de l’agitation, du monde et du bruit. Times Square, c’est le cœur de Manhattan et il bat à tout rompre. Et si de prime abord nous sommes un peu déconcertés, nous prenons le rythme et nous mettons vite au diapason.

Broadway, c’est l’occasion ou jamais d’y aller et ce serait vraiment dommage de faire l’impasse sur une comédie musicale, d’autant que l’on peut se procurer des billets à prix réduit.

Broadway nous tend les bras.

A nous le spectacle de Mama Mia que tous les fans d’Abba connaissent et qui se joue dans un petit théâtre avec son intérieur rouge et or, assez vieillot. Les fauteuils ont bien besoin d’une remise en beauté, tant ils ont vécu et sont un peu défoncés ; nous ferons donc avec.

Broadway

Interprétée avec brio et humour, dans un décor minimaliste, cette comédie musicale sans égale raconte une histoire d’amour et d’amitié. Les chanteurs en costumes colorés et acidulés s’amusent comme des fous sur scène et les spectateurs ravis reprennent les couplets en chœur et se trémoussent sur leurs fauteuils. C’est complètement désopilant. Nous apprécions tout particulièrement le passage où une dizaine de jeunes gens, les palmes au pied, se déplacent en cadence comme des canards à la queue leu leu, mais avec élégance et dextérité. Trop drôle ! Nous passons vraiment un bon moment et c’est génial.

Et comme aux States, ils sont tous fans de basket, nous ne résistons pas et allons voir un match où les Knicks de New York jouent au Madison Square Garden avec dans ses rangs le Français Ronny Turiaf. Souvenir, souvenir ! C’est ici qu’a eu lieu le combat du siècle entre le champion Joe Frazier et Mohammed Ali en mars 71. Tous les amateurs de boxe connaissent bien cette tranche d’histoire.

Basket au Madison Square Garden.

New York

Impeccable, c’est juste en face de notre hôtel et il suffit de traverser la rue pour y être. C’est très sympa, car pour ce match on nous donne un tee-shirt pour soutenir l’équipe des Knicks qui joue à domicile. Pour les tailles, ce sera du XXL pour tout le monde. Impec ! Nous avons l’avantage d’être très à l’aise et ne sommes absolument pas gênés dans nos mouvements. L’ambiance est du tonnerre et les pom-pom girls dansent dans leur tenue dorée ultra courte à chaque temps mort. Ici on boit de la bière, on mange des sandwichs à la saucisse/frites et on achète des babioles tout en regardant les joueurs. Le spectacle est à la fois dans les gradins et sur le parquet.

Récapitulons : Times Square, le match de basket et la comédie musicale, c’est fait. Mais les monuments incontournables de la ville nous attendent et il faut s’y mettre, car le temps passe à une vitesse incroyable.

L’Empire State Building.

New York

L’ascenseur ultra rapide nous transporte au 86ème étage à l’observatoire principal, puis jusqu’à la plate-forme d’observation au 102ème  étage. C’est à la fois vertigineux et saisissant. Nous sommes au-dessus des innombrables buildings et en prenons plein la vue avec un panorama des plus spectaculaires à 360°.

New-York

A cette hauteur, nous sommes les maîtres de la ville avec une vue plongeante sur Manhattan à nos pieds et sur tous les quartiers environnants ; cela nous donne un peu le tournis. Les immeubles s’étalent jusqu’à l’horizon et nous livrent un formidable aperçu de l’Ile et des alentours.

Mention spéciale pour l’entrée Art déco de l’Empire State Building avec ses marbres polychromes aux tons chauds et un regret, car nous sommes montés en cours d’après-midi et la vue de nuit est, paraît-il, sublime avec son coucher de soleil et la ville entièrement éclairée.

Le Chrysler Building.

Si nous vous disons que sa flèche en acier très élégante est reconnaissable entre mille et qu’il s’agit de l’un des cinq prestigieux gratte-ciels de New-York, bien sûr, vous l’avez sans doute déjà vu ! Mais, malheureusement il ne se visite pas, alors quel intérêt ?

Chrysler Building New York

Rien de plus simple, il suffit d’entrer dans le sas d’accueil du building pour admirer son style Art déco fantastique où les marbres colorés et l’acier chromé sont travaillés jusque dans les moindres détails, surtout allez-y ! Cela vaut le détour et le coup d’œil, faites-nous confiance. Ce serait dommage de passer à côté et de le manquer.

Grand Central Terminal une gare, mais pas que.

Inutile d’aller prendre un train pour visiter, il suffit de pousser les portes et de pénétrer dans l’impressionnant hall principal. Nous ne vous ferons le coup de toutes les statistiques de cette grande gare comme le nombre de trains par jour, de voyageurs, ni même de parapluies ou de vêtements oubliés ; nous n’en savons strictement rien.

Gare New-York

Par contre, nous pouvons certifier que le plafond est exceptionnel. Il représente un ciel étoilé parsemé de constellations scintillantes et la Voie Lactée est décorée de personnages et d’animaux mythiques. Ce plafond n’a pas son pareil, il est unique et nous nous tordons le cou dans tous les sens jusqu’à en avoir un torticolis pour le regarder sous toutes les coutures. La fameuse horloge à 4 faces est bien là et nous y jetons un rapide coup d’œil avant d’aller faire quelques courses. Hé oui, cette gare est également un centre de vie important qui abrite dans son sous-sol de nombreux magasins, restaurants et même un marché.

La Grande Bibliothèque.

 

New York

Son bâtiment est reconnaissable entre tous avec ses deux énormes lions qui gardent l’entrée, on ne peut pas le louper. On ne vient pas ici seulement pour la lecture, nul besoin en effet d’être un lecteur dans l’âme pour entrer, mais pour son architecture Art déco incomparable.

L’escalier est monumental, les grandes salles d’étude sont tout en boiserie, les plafonds sont magnifiquement sculptés et les livres, bien sûr à l’honneur. Comme dans toutes les bibliothèques, l’environnement est studieux et ouaté ; l’on entend le silence et cela fait un bien fou après un passage dans le très animé Times Square.

Pour varier les plaisirs, nous changeons de secteur en bateau pour nous rendre sur Ellis Island afin de connaître l’histoire des immigrants, puis sur Liberty Island, pour admirer de près la Statue de la Liberté.

Ellis Island et son musée de l’immigration.

Sur cette île, nous avons rendez-vous avec l’histoire puisqu’il s’agit d’un point de passage obligé de tous les immigrants qui débarquèrent aux USA entre la fin du 19e et le milieu du 20e siècle.

Contrôle médical et administratif obligatoire pour tous les prétendants voulant rester sur le sol américain avec des tests mentaux et physiques et des questionnements sur le pourquoi du comment de leur désir de venir dans ce pays. Ce sera ensuite un centre de détention pendant la Seconde Guerre mondiale. Tout cela ne manque pas d’intérêt, bien au contraire et il faut prendre le temps pour cette visite incontournable permettant de comprendre l’histoire des Etats-Unis , mais nous nous sentons mal à l’aise dans ce musée à l’atmosphère oppressante.

A nous La Liberté éclairant le monde.

Statue de la Liberté New York

Cocorico ! Là, on ne peut pas faire autrement avec nos deux Frenchies : Auguste Bartholdi (pour la sculpture) et Gustave Eiffel (pour l’ossature interne). Et puis, cette Statue de la Liberté  c’est du Made in France, que diable ! On peut quand même être fier de ce chef d’œuvre et l’exprimer.

Et pour ne pas les rater, nous vous livrons ses principaux symboles. Ils sont importants et font référence à l’histoire des Etats-Unis  avec les chaînes brisées de l’esclavage au pied de la statue, la date de la déclaration de l’indépendance du pays inscrite sur la tablette et la fameuse couronne de rayons qui représente les 7 mers ou les 7 continents du monde.

Statue de la Liberté

Petite déception, car nous ne monterons pas dans la couronne pour bénéficier de la vue prestigieuse sur Manhattan et la baie. Lady Liberty subit un petit lifting et nous ne verrons que la réplique de la torche déposée dans une grande salle lorsque nous pénétrons dans la statue. Tant pis !

C’est dimanche et nous prenons la direction du quartier de Harlem pour assister à une messe Gospel.

Messe Gospel à Harlem.

L’église est quasiment pleine lorsque nous arrivons et nous sommes placés face à l’autel, tout au fond, à l’étage. Le pasteur informe alors ses fidèles de notre présence et là surprise : toute l’assemblée se tourne vers nous et applaudit. C’est un peu déroutant, car nous ne nous attendions absolument pas à un accueil aussi chaleureux, d’autant que cette pratique n’existe pas chez nous.

C’est un réel plaisir pour les yeux et les oreilles lorsque la chorale Gospel entame ses chants, car tous les fidèles s’animent et bougent au rythme de la musique ; ils scandent la mesure en tapant dans leurs mains. Nous sommes malgré nous aspirés par la cadence et participons à cet élan collectif irrésistible. Au cours de l’office les personnes embrassent leur voisin ou voisine et Monsieur a la chance de se trouver à côté d’une dame très gourmande qui revient trois fois à la charge. Quel petit veinard !

Nous nous sentons intégrés dans cette communauté en toute simplicité et vivons une expérience unique dans cette église de l’un des plus vieux quartiers noirs de la ville. Dans ce lieu de culte et de recueillement, il est interdit de prendre des photos et nous respectons cette consigne ; nous ne pouvons donc pas vous montrer les chanteurs portant une longue chasuble violette avec des parements jaunes du plus bel effet.

La ville, nous la parcourons en long, en large et en travers. A tel point qu’à un moment, nous avons envie de nous poser au calme et pour se refaire une petite santé, direction Central Park.

Balade dans le poumon vert de la ville.

Nous sommes au cœur de l’immense espace vert de Central Park. Ici, l’on trouve de tout, des fontaines, un plan d’eau, un zoo, des arbres à profusion et l’on peut faire du vélo, de la course à pied, de la marche, du Baseball, du patin à glace et même du ski de fond l’hiver, sans compter les pique-niques en famille, la sieste sur une couverture dans un coin tranquille ou même la bronzette le dimanche. C‘est le lieu par excellence où les New-yorkais viennent se ressourcer et nous aussi.

Animal

Ici les écureuils au pelage gris ou noir sont partout. Ils ne sont pas simplement curieux, ils viennent au plus près pour quémander de la nourriture et ne sont pas farouches pour deux sous. Certains sont même bien grassouillets. Pas de doute, les cocos doivent être au régime sandwich américain tous les jours.

John lennon

Pour nous, pas de calèche, ce sera tout simplement une balade pedibus. En nous promenant, nous arrivons par hasard sur ce que nous pensons être un rond-point. Pas du tout, il s’agit d’un cercle de mosaïques noires et blanches sur lequel on peut lire Imagine au centre, en hommage à John Lennon assassiné en bas de son domicile, à deux pas de là. Des fleurs, témoignages de fans sont posées au milieu et forment le symbole Peace and Love, signe de ralliement de tous les hippies des années 1960.

Nous passons quelques jours de folie dans cette ville aux multiples visages. La Grosse Pomme est un grand patchwork alliant mégapole et quartiers très différents les uns des autres, aux atouts indéniables. Elle est exaltante, enivrante et nous succombons à ses charmes parce que nous nous y sentons follement bien, plus que dans toute autre grande ville que nous connaissons.

Laisser un commentaire

Voir également

Angkor, des visages incroyablement envoûtants au temple du Bayon.

Si le temple d’Angkor Vat est le plus connu et le plus visité du site archéologique …