Pause nature dans le marais poitevin.

peinture batelier marais poitevin

Tout le monde ou presque connaît la fameuse Venise Verte du marais Poitevin, pas vous ?  Il s’agit du marais mouillé situé au Sud de Fontenay-le-comte, sans nul doute, la partie la plus fréquentée et la plus prisée du marais. Notre objectif, faire une balade en barque dans un espace verdoyant préservé, aménagé par l’Homme depuis le Moyen Age. Rien de tel pour se mettre au vert et profiter d’une pause nature dans ce dédale aux multiples canaux. On vous y emmène.

Le marais poitevin.

Ses caractéristiques.

Dans sa globalité, on parle de cent mille hectares se dessinant de Niort à la Rochelle, à cheval sur trois départements (La Vendée, La Charente-Maritime et Les Deux-Sèvres), il y a donc de quoi faire. Sur cette surface, trois paysages différents se distinguent :

  • Le marais desséché(65 000 ha) composé de grandes étendues de cultures céréalières. Ses terres bordées de canaux et d’écluses permettent l’irrigation des cultures ou l’évacuation du trop-plein d’eau vers la mer.
  • Le marais mouillé (30 000 ha) tient le rôle de réserve d’eau.En hiver, il se gorge d’eau de pluie, puis en été, on ouvre les vannes et on presse ce marais pour extraire l’eau et l’amener vers les cultures du marais desséché pour les irriguer.
  • Le marais maritime(5 000 ha), ce sont les prés salés, le long de la baie de l’Aiguillon. Ces terres sont souvent occupées par des élevages.

Pourquoi ce nom de Venise verte.

Marais poitevin lentilles d'eau

C’est tellement évident et simple que l’on vous dit ça en quelques mots. Au cours de la belle saison et avec la chaleur, la température de l’eau s’élève et l’on voit apparaître à la surface des canaux, des petites plantes aquatiques ; les lentilles. Plus il fait chaud et plus elles se développent et se reproduisent en formant un joli tapis vert. D’où ce nom de Venise verte. Pas de chance pour nous, au printemps, il n’y en a pas. Mais comme nous sommes déjà venus ici en été, il y a de nombreuses années, nous connaissons ce phénomène particulier.

Les embarcadères.

Marais poitevin embarcadère barques

On en compte en gros une vingtaine à : Maillezais, Le Mazeau, Maillé, Saint-Sigismond, Arçais, Coulon, Magné, Marans, … permettant de naviguer sur les canaux en barque. Pratiquement tous proposent des balades avec ou sans guide, pour une durée allant de 45 min à 3h (en moyenne). Quand on sait qu’il y a 8400 Km de canaux, on peut facilement s’y perdre et on ne fait pas tout non plus. Nous partons de l’embarcadère de Prada à Coulon, pour une virée en barque d’une heure. Le temps est incertain et comme nous essuyons même quelques gouttes de pluie, nous ne tentons pas le diable en nous embarquant pour une durée plus longue.

Les barques.

Marais poitevin batelier

Ici, toutes les embarcations traditionnelles circulant sur les canaux sont à fond plat. A moins d’avoir pris une virée avec un guide-batelier ; au boulot, il faut ramer. En vérité, rien de compliqué, ni de musclé. Bernard s’y colle pendant que Sylvie joue les princesses et se laisse promener au fil des canaux tout en jetant un œil sur l’itinéraire remis au départ. Facile, on va à gauche, puis à droite, à droite, et encore droite pour rejoindre notre point de départ. Hors saison touristique, il y a peu de monde et aucune bousculade. On ne peut rêver mieux. Hormis quelques apprentis bateliers se préparant à diriger leur barque pour la pleine saison ; les canaux sont presque déserts et cela nous va bien.

Une nature sauvage préservée.

Marais poitevin frênes tétards

Marais poitevin paysage canal

On navigue à notre rythme tout en admirant les paysages alentour. En ce début de printemps, la nature s’éveille tout doucement dans ce labyrinthe aquatique où les arbres font parties intégrantes du décor. Les formes biscornues des frênes tétards se reflètent dans l’eau et leur feuillage verdoyant commence à éclore. Les prairies bien herbeuses sont parsemées de fleurs printanières apportant des touches colorées à ce tapis de verdure qui nous entoure. Ce cadre dégage une atmosphère bucolique, relaxante et reposante et franchement, ça fait du bien.

Pour aller plus loin.

Les amateurs de randonnées pédestres et les cyclistes ne sont pas oubliés et de nombreux circuits sont proposés. C’est une autre façon sympathique de découvrir la Venise verte à son rythme en empruntant les chemins de halage, les passerelles, les cœurs de villages maraîchins balisés et sécurisés. Des itinéraires en boucle sont proposés et chacun y trouve son bonheur en fonction de sa forme et de ses capacités. Vous verrez, on prend vraiment beaucoup de plaisir à s’y balader !

Une petite sélection de parcours à vélo.

Voici ce que proposent différentes brochures :

  • Le circuit des Val d’Autize de 33 km qui traverse plusieurs villages maraîchins. Vous emprunterez des chemins de marais, longerez des canaux et traverserez les hauteurs du marais mouillé.
  • Le circuit des Garennes de 27 km où vous découvrirez la culture du peuplier aux alentours du Mazeau et traverserez le marais préservé de Sainte-Christine.
  • Le circuit du halage de 16km au départ du magnifique Port de Courdault (Commune de Bouillé-Courdault). Vous emprunterez sur une grande partie un chemin de halage où des vaches croiseront votre chemin, puis vous traverserez la jolie commune de Liez.

 Que ce soit à pied, à vélo ou en barque, le marais poitevin a bien des atouts. Il suffit de s’y arrêter et de profiter de ce qu’il a à offrir, tout simplement.

Crédit photo : (3) Coulon

Charger plus dans France

Laisser un commentaire

Voir également

Java à moto et la route de l’impossible.

Initialement, notre itinéraire devait nous amener à Paltuding, à près de 1900 m d’altitude…