Bali : Nom de code banana fritters.

Banana fritters ! Pas banal comme nom de baptême pour notre groupe. On le doit à Tristan, notre accompagnateur moto à Bali et Java. N’y aurait-il pas comme une petite pointe de moquerie, à peine déguisée dans l’air ? Nous ne vous faisons pas languir plus et vous donnons quelques explications. Pour le coup, on peut nous taxer de ne pas être objectifs sur la question. A vous de nous le dire.

Le début de l’histoire.

Tout commence dans le second hôtel où le patron nous reçoit comme des rois. En plus d’être guitariste et de nous surprendre avec des reprises de Pink Floyd pour un concert improvisé, ses cuisiniers nous régalent avec des bananes frites. On adore. Ce n’est pas une première pour nous puisque nous avons déjà apprécié ce dessert dans les Backwaters au Kerala, en Inde du Sud. La Thaïlande n’est pas en reste avec ses crêpes à la banane délicieuses. Dans les deux cas, on s’en lèche encore les doigts.

Les premières bananes, les meilleures.

désert balinais

Number one et de loin. Elles sont dorées et croustillantes à souhait à l’extérieur et moelleuses à l’intérieur. Quand au goût de la banane, c’est juste divin. Elles sont PAR-FAI-TES et c’est un sans faute. Tout le monde craque et à force d’en commander, nous épuisons le stock du cuisinier. Il doit encore se souvenir de ce groupe de motards français, gourmands et insatiables. C’est dire combien c’était excellent ! Aussi, dès que c’est possible, ce fameux dessert devient un incontournable et nous sommes très assidus pour les comparer. Les prochaines seront-elles toujours aussi goûteuses ? Telle est la question qui nous taraude. Nous relevons donc tous ce challenge, sans trop nous forcer non plus.

Les autres essais.

Jusqu’à la fin du séjour, on essaie de retrouver nos premières bananes ; celles qui hantent encore aujourd’hui, nos papilles. Et pour ne rien vous cacher, c’est peine perdue. Aucunes ne leur arrivent à la cheville et toutes sont en dessous de la moyenne. Le plus accro à ces bananas, c’est Bernard ; il a chopé le virus et nous contamine tous allègrement. Comme juge, il est particulièrement sévère. Ses verdicts sont sans appel et font rire tout le monde. Pas une once d’indulgence de sa part. Elles sont trop-ci ou sont trop-çà. Pas facile lorsque la barre a été, d’entrée de jeu, placée très haut.

Ce qui veut dire ?

  • Les molles: Rien qui croque sous la dent, pas de texture, pas de caractère. Bof, bof ! On les mange pour ne pas gâcher, mais le cœur et le plaisir n’y sont pas. Pour autant, on ne peut pas dire que c’est mauvais.
  • Les cuites de la veille et réchauffées: Alors là, c’est scandaleux. On nous prend franchement pour des touristes et c’est pire que tout. Bernard frise l’apoplexie. «Ce n’est pas bon du tout, ce sont des vieilles de la veille », « Fais- moi goûter » dit Tristan. « Ah oui, c’est pas terrible » concède-t-il. « Veux tu que je les fasse remplacer ? » «Merci, je n’en veux pas d’autres » répond Bernard dépité en repoussant son assiette. On en reste donc là et ne poussons pas plus loin l’expérience.
  •  Les bananes au fromage : Celles-là, personne ne les attendait et c’est un grand moment de rigolade, sans doute un peu nerveux d’ailleurs. On vous raconte. Le soir, il tombe des cordes et notre sortie pour souper à l’extérieur tombe à l’eau. Forcément. Bref, nous restons à l’hôtel et notre groupe perturbe les serveurs. On commande des plats locaux, mais il n’y en a pas ou plus, on ne sait pas très bien. Bonne ou mauvaise volonté de leur part, on ne sait pas non plus. Les pizzas marchent alors à fond et comble du bonheur, il y a des bananes frites en dessert. Chic, on se dit que cela va rattraper le reste.

Mauvaise pioche.

dessert balinais

Quant après bien des péripéties, elles arrivent enfin, tout le monde se réjouit. Il y a en plus, semble-t-il, comme de la noix de coco râpée sur le dessus. Franchement, cela fait envie. Monstrueuse erreur, c’est du fromage. Quelle déception ! On goûte quand même, mais ça ne passe vraiment pas. Encore raté !

Alors si comme nous, vous aimez les bananes frites à Bali, voici un petit conseil. N’oubliez pas de préciser « sans fromage » (sauf si évidemment vous en voulez) car chez eux, les bananes au fromage et chocolat sont une spécialité appréciée. En tout cas, merci Tristan. C’est bien vu et surtout bien choisi ce nom de groupe dont nous revendiquons l’exclusivité.  Mais nous tenons à souligner que pour les bananes frites, tu tenais bien ton rang, toi aussi, tout comme Bernard. Pas vrai ?

L’équipe de gourmands (De Gauche à droite) : Patrick – Sylvie – Bernard – Didier – Tristan – Cédric et devant Pascal – Morgane

  • Java à moto

    Java à moto et la route de l’impossible.

    Initialement, notre itinéraire devait nous amener à Paltuding, à près de 1900 m d’altitude…
Charger plus dans Indonésie

Laisser un commentaire

Voir également

Java à moto et la route de l’impossible.

Initialement, notre itinéraire devait nous amener à Paltuding, à près de 1900 m d’altitude…