Blegny-Mine, plongée dans l’univers des Gueules Noires.

Dessin taupe de Blegny Mine

Nous vous conduisons tout droit dans les entrailles de la Terre pour visiter une mine. Pas n’importe laquelle, celle de BLEGNY-MINE, à l’est de Liège, classée au patrimoine mondial de l’UNESCO. Si celle-ci a fermé le 31 mars 1980 et ne produit plus aujourd’hui, elle continue à faire vivre l’histoire des mineurs. Les guides tirent leurs enseignements et leur formation des derniers mineurs encore vivants. Plongeons ensemble dans l’univers des Gueules noires.

Descente dans la mine.

Vue extérieure de Blegny Mine

Blegny mine, équipement

Tout d’abord, un équipement obligatoire s’impose : veste tendance de différente couleur selon les tailles et casque de chantier. Ici, on ne prend pas l’ascenseur mais la cage. Nous sommes dans une mine, alors parlons langage mineur. Nous descendons via le puits d’origine vers un premier palier à 30m sous terre. Tout est sombre et nous sommes serrés comme des sardines dans cet espace réduit. La vitesse de descente est adaptée pour les visiteurs et selon notre guide Maryline, nous nous traînons. Pour les mineurs, la cage descendait à 43 km/heure jusqu’à 500 m de profondeur. De quoi faire remonter l’estomac.

Premier palier : 30 m de profondeur.

Parcourons la galerie.

Blegny mine, galerie

Enfin de la lumière, mais c’est juste pour permettre les visites. A l’origine, seule une lampe éclairait le début de la galerie, le reste était complètement dans le noir. Rappelez-vous, les premiers mineurs utilisaient alors une bougie collée avec de l’argile sur le devant de leur casque pour se déplacer. Par la suite, des lampes spéciales évoluant dans le temps viennent remplacer la chandelle.

Alors, c’est comment ?

Nous ressentons une humidité très importante, l’eau suinte par tous les pores de la roche, mais il ne fait pas froid. L’ossature en fer, maintenant complètement rouillée a remplacé le bois utilisé pour renforcer les parois. Aujourd’hui, le sol est recouvert de gravier, mais il faut se rappeler qu’à l’époque les ouvriers pataugeaient dans l’eau, travaillaient torse nu et en short. C’était un travail de forçat, mal payé, sans équipement de protection et pratiquement dans le noir absolu.

Le travail des mineurs.

Tout au long de la visite de cette galerie, Maryline nous présente les outils et les machines employés par les ouvriers, et nous fait entendre le bruit infernal qu’ils produisaient en cours d’utilisation. Le test est par lui-même très révélateur et convaincant ; on s’en prend plein les oreilles, même si cela ne dure que quelques secondes. Rien de surprenant à ce que la majorité des mineurs devient sourds dans un environnement aussi bruyant. Nous commençons à toucher du doigt la réalité de leurs effroyables conditions de travail.

Toutefois, le danger est omniprésent puisqu’il leur est difficile de détecter le méthane, gaz mortel incolore, inodore et sans saveur. Les fameux coups de grisou dévastateurs et mortels font partie des risques encourus dans la mine.

Comment détecter le méthane.

A chaque siècle sa méthode de survie dans la mine, avant l’arrivée de différentes lampes de plus en plus sophistiquées permettant de détecter le méthane. Exit la bougie ! Vous avez sans doute entendu parler de la méthode de l’oiseau en cage. C’est simple, si l’oiseau allait bien, tout était Ok. S’il commençait à flancher, voire à mourir, il fallait garer ses fesses, cela sentait sérieusement le roussi. Mais on ne testait pas uniquement l’air ambiant avec les piafs, on a aussi utilisé des condamnés à mort. Si le prisonnier parti en éclaireur ne revenait pas et mourrait, tant pis pour lui, la sentence était alors exécutée. Mais attention danger ! Là aussi, il fallait vite se bouger. Mais, s’il sortait vivant de son expédition, il était gracié.

Flashback.

Ah, l’odeur caractéristique du charbon. D’un seul coup, une bouffée d’émotion nous étreint avec force. Les souvenirs d’enfance remontent à toute vitesse à la surface. Cette odeur fait partie de notre mémoire olfactive et nous la connaissons bien. Gamins, nous descendions à la cave pleine de toiles d’araignée, avec un seau en fer pour le remplir de boulets de charbon. Cela servait à alimenter le fourneau et permettait de chauffer la maison et l’eau. Avec cette odeur, c’est à la fois très loin et tout proche.

Descendons encore.

Blegny mine, escalier intérieur

Nous empruntons une longue série d’escaliers spécialement aménagés pour les visiteurs et apercevons l’étroite tranchée dans laquelle les mineurs extraient le minerai de charbon de la veine. Nous la suivons tout au long de la descente. L’espace où ils rampaient et se contorsionnaient pour travailler est d’une hauteur de 50 cm tout au plus, consolidé avec des étais. Sincèrement, si on ne le voit pas de ses propres yeux, on a du mal à le croire.

Second palier : 60 m de profondeur.

C’est ici que nous voyons les berlaines ou wagonnets (il faut prononcer berline ou ouagonnet selon notre guide avec son charmant accent) qui se remplissaient de charbon et de pierres pour être évacués vers l’extérieur. Malheureusement, les ouvriers ne vivent malheureusement pas bien vieux, tant le métier est risqué, extrêmement éprouvant et difficile,  La maladie les guette (silicose et tuberculose pour les plus connues, mais il y en a d’autres), quand ce n’est pas l’accident qui estropie ou le coup de grisou qui tue.

Retour en surface.

Nous reprenons la cage pour remonter au niveau du triage et du lavage du charbon jusqu’à son expédition. Tout de suite, nous nous sentons mieux à l’air libre et au grand jour. Pour cette partie plus technique, nous avouons ne pas être très attentifs aux explications. Non pas que ce soit inintéressant, mais simplement parce que nous nous sentons moins proches des mineurs en quittant les galeries.

L’histoire se prolonge.

Tout comme Danielle lors de notre visite à Rocroy, Maryline est intarissable et nous livre tous les secrets de la mine. Nous sommes captivés par les connaissances qu’elle nous transmet avec une émotion palpable. Elle nous raconte des anecdotes à foison que son parrain-mineur Michel lui a transmises ; lui qui a connu la mine très jeune. Elle parle de lui avec un grand respect.

Un passage de témoin.

« Les jeunes comme nous, » dit-elle, « ont le devoir de transmettre ce qu’était la mine et ce qu’était le travail des mineurs, pour que ceux qui y ont travaillé ne meurent jamais. On leur doit beaucoup de choses et il ne faut pas les oublier ». C’est une grande fierté pour elle de faire ce travail de mémoire. Ceux-ci peuvent être rassurés, la relève est bien là pour que nous puissions encore vivre avec intensité le travail des Houyeux dans les galeries d’origine.

Grâce à notre guide qui nous transmet sa passion, nous vivons l’expérience de la mine de façon Ô combien intéressante, instructive et authentique. Cette visite est incomparable. Maryline et son parrain y sont sans doute pour beaucoup.

Charger plus dans Belgique

Laisser un commentaire

Voir également

Festival photos 2022 à La Gacilly.

Cette année, nous sommes loin de Plein Nord 2021 puisque pour cette 19ème édition, nous en…