Du Kinnaur au Spiti : aux confins de l’extrême en Royal Enfield

himalaya moto

 

Après la trans-himalayenne à moto, nous voilà repartis dans la région de l’Himachal Pradesh au nord de l’Inde pour découvrir deux superbes vallées : celles du Kinnaur et du Spiti. Pas de doute, nous avons pris le virus himalayen. 4 bikers récidivistes forment ce nouveau groupe avec un seul duo, toujours nous ! les pilotes sont impatients d’en découdre avec de nouvelles pistes, qui aux dires de certains ne sont pas faciles du tout. Comme la peur n’évite pas le danger, tout ce petit monde enfourche les bécanes pour de nouvelles aventures.

himalayan bikers

Nous sommes en pays de connaissance avec notre dream team d’enfer déjà présente au Ladakh : Raja ouvre la route, Sanu et Thinley suivent dans le 4X4. Nous sommes heureux de les retrouver et ils nous le rendent bien. Ils n’ont pas changé d’un poil en deux ans et sont toujours aussi souriants, chaleureux et très pros. On les adore ces trois-là.

Le Kinnaur : des paysages verdoyants et encaissés.

La route principale de Manali vers la vallée du Kinnaur est encombrée de véhicules et les chauffeurs sont complètement fêlés ; ce n’est donc pas de tout repos. Les pilotes slaloment entre les voitures et les camions avec prudence ; les klaxons se font entendre dans une cacophonie qui n’est pas des plus mélodieuses. Un mini bus nous talonne de très, très près et l’envie de nous pousser dans le bas-côté pour passer est on ne peut plus claire. Une fois, deux fois, il déboîte, mais n’ose pas encore. La troisième fois Sylvie excédée se retourne, lève sa visière et lui montre le poing en l’invectivant d’une façon qui ne laisse aucun doute sur les jurons qu’elle profère, chose inhabituelle chez elle, mais trop, c’est trop. Le chauffeur surpris se repositionne et reste dernière nous sans tenter de nouveau un dépassement dangereux. Thinley, notre chauffeur, nous rapporte s’être bien amusé par la scène où Sylvie ne se laisse pas intimider.

Vallée du Kinnaur

Route boueuse

Quel calme lorsque nous arrivons enfin dans la vallée, tout est verdoyant et nous n’avons pas le sentiment d’être loin de chez nous. Et pourtant, dès que nous entamons la montée du premier col à plus de 3 000m d’altitude au milieu de forêts de sapins, nous retrouvons les pistes indiennes dans toutes leurs splendeurs avec les creux, les bosses et la boue ; ça nous manquait. Nous ne sommes pas dépaysés, ce sera notre quotidien, mais c’est aussi ce que nous venons chercher et ne nous plaignons pas.

Les flancs de collines sont couverts de pommiers où tout le monde s’affaire avant l’arrivée du froid pour la dernière récolte de l’année. Nous croisons de nombreux ouvriers ramassant les fruits dans de grands paniers en plastique ; les visages sont fatigués et les dos voûtés, mais ils ne manquent pas de nous saluer : nous apprécions ces petits signes amicaux très sympathiques le long de la route.

Lac de barrage

Les centrales hydrauliques poussent comme des champignons et le paysage en est tout bouleversé. Quel dommage ! Nous avons hâte de retrouver toute la quiétude himalayenne en poussant vers un village situé presque au bout du monde à la frontière tibétaine. Nous prenons un peu d’altitude en longeant une route escarpée à flanc de montagne pour nous rendre dans ce village complètement isolé six mois de l’année ; nous sommes secoués sur la route vraiment défoncée, mais les paysages sont à couper le souffle. C’est moins cool lorsqu’au détour d’un virage nous arrivons droit sur une vache crevée juste poussée sur le bas-côté ; elle embaume l’air environnant. Beurk, il n’y a pas d’autre solution que de passer en apnée à l’aller comme au retour.

Le Tibet est à une trentaine de kilomètres seulement et nous rencontrons une présence militaire un peu plus importante. C’est assez sensible et ces derniers mois, la Chine et l’Inde étaient prêtes à en découdre ; le calme est maintenant revenu, mais reste en permanence précaire. Pour arriver ici, la piste est difficile et si l’on n’y vit pas, il y a peu de chance d’y venir par hasard, sauf peut-être, pour des curieux comme nous avides de voir des endroits un peu perdus.

Ghhitkul.

Maison bois

Visage enfant

Ce village authentique a un nom aussi imprononçable qu’à écrire. Nous prenons énormément de plaisir à nous promener dans les ruelles où les enfants jouent près des vieilles maisons en bois qui ont vu grandir plusieurs générations dans leurs murs ; elles sont le reflet d’époques qui se perpétuent de façon immuable. Nous croisons quelques habitants charriant du bois ou du fourrage sur le dos pour les réserves d’hiver ; cela ne doit pas être facile de vivre dans cette contrée presque oubliée du monde.

Sylvain, le benjamin farceur du groupe s’amuse à arroser les bottes et bas de pantalon de militaires en patrouille, en passant dans une flaque d’eau à fond les manettes en quittant le village. Nous sommes quelques mètres derrière lui et on se dit  « Le con : que va-t-il se passer ? » Hé bien, rien du tout. Ils font un bond en arrière sans vraiment apprécier la blague et l’arrosage intempestif, mais ne pipent mot, sans doute trop estomaqués par ce pilote culotté. Nous les saluons d’un geste sympathique de la main voulant dire « On compatit les potes, nous on a déjà donné » avec juste un petit sourire espiègle en coin qui ne trompe personne.

Quittons maintenant la verdure pour entrer dans la seconde partie du voyage avec la vallée vertigineuse du Spiti et son univers minéral unique.

La vallée du Spiti.

Paysage dans l'Himalaya

Vallée du Spiti

Spiti valley

route de montagne vallée Spiti Inde

Nous découvrons de larges plateaux d’altitude emprisonnés par des montagnes  aux sommets enneigés. Si l’altitude à laquelle nous sommes culmine à 4600 m, la vallée encaissée nous donne une sensation de vertige impressionnante avec ses gorges escarpées, ses canyons étroits et plongeants.

Waouh, on se régale et les pilotes se lâchent et s’en donnent à cœur joie dans les virolos qui se succèdent en montant vers le village de Nako et son lac de montagne.

Nako.

Village de montagne

Animal

Prières indiennes

Ce paisible village typique a beaucoup de charme et de caractère et ses ruelles pittoresques nous livrent tous leurs secrets : les moulins à prières sont bien là, les pierres ornées de mantras aussi et même un petit veau curieux qui pointe son museau en haut d’un muret.

C’est ici que le voyage moto se termine pour Sylvie. En reprenant la route après le repas de midi, nous chutons au ralenti en passant dans un trou d’eau : faute à pas de chance ou erreur de pilotage, toujours est-il qu’elle y laisse une côte au passage, mais elle termine la journée en serrant les dents, malgré de vives douleurs sur la route défoncée. Après une mauvaise nuit, elle ne peut continuer et c’est avec envie que le lendemain matin elle voit repartir sa moitié seule sur la bécane ; Bernard par contre va bien en profiter pour les trois derniers jours du périple.

Après avoir approché la frontière tibétaine au plus près, prenons la route vers le dernier village habité, le plus haut de l’Inde à 4 270m d’altitude.

Kibber.

Kibber

Visage petite fille

Nous sommes une fois de plus impressionnés par le décor de carte postale que nous découvrons dans cette contrée très isolée où les toits des maisons typiques sont surmontés d’un épais fourrage s’intégrant parfaitement dans le paysage avec les montagnes enneigées en toile de fond, les enfants joufflus jouent dans les rues du village et le camion ravitailleur de denrées alimentaires est entouré des villageois se faisant livrer avant l’arrivée du froid et de la neige. Il y a de l’animation et personne ne s’étonne vraiment de notre présence.

Chamois

En cours de route, nous croisons des Bluesheep, sorte de chamois broutant paisiblement à flanc de montagne. Ils sont craintifs et détalent comme des lapins à l’approche des motos. Les couleurs des montagnes changent au fil des kilomètres avalés et les vallées somptueuses offrent des palettes de couleurs incomparables. Nous engrangeons des souvenirs jusqu’à plus soif sans souffrir d’overdose ; bien au contraire, nous en redemandons tant et plus.

Faisons maintenant une halte au monastère de Key.

Le monastère de Key.

Monastère

C’est le plus grand monastère de la vallée du Spiti et pourtant, il nous semble assez petit par rapport à ceux que nous avons vus au cours de notre périple moto au Ladakh. Nous apprécions beaucoup le rituel du thé offert aux visiteurs, en toute simplicité dans la cuisine ; c’est toujours un moment partagé très sympathique et c’est aussi pour nous l’occasion de découvrir un vieux livre de prières avec des dessins originaux de mantras tibétains que le moine nous montre avec fierté.

Enfant moine

Thinley en profite pour jouer avec les petits moines, heureux de trouver un adversaire prêt à en découdre avec eux dans une partie de base-ball improvisée avec des morceaux de bois ; nous comptons les points et les gamins sont sans conteste les meilleurs.

Au fait, et Sylvie ?

Confinée dans le 4X4, elle est ravie de prendre toutes les photos qu’elle veut et ne s’en prive pas. Thinley et Sanu sont aux petits soins pour elle : on évite les secousses et point trop de vitesse non plus, on s’arrête quand elle le demande et même on anticipe pour la photo du siècle, on veille à ce qu’elle n’ait pas froid, on partage les bonbons et les gâteaux et on fait péter la musique dans l’habitacle. Vous êtes rassurés ?

Comme d’habitude, dans un groupe il y a toujours un marrant et Sylvain répond présent.

Pause détente.

Biker

Après nous avoir tous mouillés à tour de rôle, il décide d’être l’arroseur/arrosé. Nous avons droit à un aller/retour plein gaz dans plusieurs flaques successives ; il en ressort complètement trempé de la tête aux pieds ; les bougies de la moto noyées devront être nettoyées pour repartir, mais il arbore un visage rayonnant, tant il s’est régalé à nous divertir tout en s’amusant. Sauf, que la suite de la journée va le faire déchanter rapidement, avec le froid et la pluie qui vont malheureusement vite gâcher le plaisir. On vous en parle après.

Couple

Stupa

Pour l’instant, profitons encore des panoramas sublimes sous le soleil avec un arrêt magique au col de Kumzum à 4551m d’altitude où les drapeaux claquent dans le vent vivifiant. C’est là que nous déposons notre drapeau français pour marquer notre passage ; regardez bien, peut-être le verrez-vous si vous avez la chance de venir par là ?

Piste

Himalaya

Lac de montagne

Nous entamons la partie la plus difficile de ce périple. Sylvie ne regrette rien, car à moins d’être suicidaire, cette portion est totalement impraticable en duo. Elle observe les motards s’efforçant de tenir leurs machines qui tanguent au milieu des routes inondées, très étroites et boueuses; c’est sportif ! Une courte balade à pied pour approcher le lac permet de détendre tout le monde avant de repartir avec le temps qui se gâte et qui n’annonce rien de bon ; ce n’est plus cool du tout.

Rivière

Spiti valley

Ce n’est que le début des malheurs pour les pilotes ; la pluie s’invite et le jour tombe rapidement. La veille, cette route était coupée et si nous ne passons pas maintenant, nous allons être dans de beaux draps : ici, il n’y a pas d’hébergement ni de restaurant. Nous sommes dans le lit de la rivière et devons continuer malgré les conditions météo déplorables pour rejoindre un hôtel et se mettre au sec ; il n’y a pas le choix et c’est une vraie course contre la montre qui s’engage ; c’est plutôt rude !

Moto

Panne moto

Les motards roulent au radar dans la nuit avec une visibilité réduite, les cascades se transforment en torrent et inondent la piste, les motos glissent dans les ornières boueuses et le 4X4 racle le bas de caisse. C’est la galère la plus complète, pour ne pas dire la m… Les conditions de circulation sont difficiles pour tout le monde avec la pluie persistante. Même la moto de Bernard rechigne, il tombe en panne d’allumage et reste en rade. Coup de bol, il vient de rejoindre le bitume et Raja, le Dieu de la mécanique répare en un tour de main pour lui permettre de repartir.

Arrêt obligatoire au check point pour faire enregistrer les passeports, les pilotes dégoulinent ; les tenues waterproof sont depuis longtemps totalement inefficaces et ils sont transis avec des vêtements complètement trempés. Thinley franchit la corde du contrôle pour se garer et il écope d’une amende de 200 roupies : pas cool le policier du coin ! C’est la seconde fois qu’il se fait verbaliser en deux jours ; il n’en revient pas. On vous le donne en mille ! La première fois, il ne voit pas l’interdiction de fumer dans un village en dehors de la zone autorisée. Et hop, il s’est fait délester de 100 roupies. Encore un effort et nous arrivons à l’hôtel trente minutes après, les derniers kilomètres sont les plus longs pour les bikers qui n’en peuvent plus.

En arrivant, Bernard se met sous la douche bien chaude et se couche sous une pile de couvertures pour essayer de se réchauffer avant le repas, il claque des dents. Les autres ne valent pas mieux : Sylvain et Jean-Marc sont bleus de froid et Michel a le dos complètement bloqué après ce calvaire de plusieurs heures. Difficile de faire sécher les vêtements et les chaussures pour repartir le lendemain pour la montée du Rothang Pass et la descente sur Manali pour la fin du circuit ; il faudra donc faire avec.

Boue

Paysage

Ouf, le soleil pointe le bout de son nez le lendemain et ce n’est pas de trop pour ragaillardir les troupes. La montée du col est sportive autant pour les motos que pour le 4X4 ; les ornières tracées par les camions sont impressionnantes et les machines instables ripent dans la boue ; un coup de pied à droite et un coup à gauche pour se stabiliser, il n’y a rien de trop. Nous avons déjà eu des conditions de conduite difficiles, mais là, c’est le pompon. Heureusement les paysages sont magnifiques, mais seule Sylvie en profite pleinement ; tous les autres sont concentrés sur la conduite pour éviter la chute. Nous redescendons le Rothang Pass avec toujours autant de plaisir, cette route toute en lacets est superbe et très plaisante pour les pilotes qui oublient leurs déboires. Sniff, la fin du voyage se profile à l’horizon.

Nous venons de vivre une expérience unique avec des conditions de pilotage extrêmes, mais cette fois encore, nous avons des étoiles plein les yeux et des souvenirs impérissables. Le groupe et l’équipe très soudés n’ont fait qu’un et cette aventure partagée donne au voyage une dimension humaine incroyable. Cette belle bande de copains s’est éclatée dans la joie et la bonne humeur tout au long de ce séjour inoubliable, malgré les difficultés et nous en revenons tous grandis.

Laisser un commentaire

Voir également

Folie’Flore fait son show à Mulhouse

Après deux jours sous la pluie et le mauvais temps à moto avec nos amis alsaciens Dany et …