Le défi du Temple de la Caverne du Tigre.

Temple de la Caverne du Tigre

Dès notre arrivée à Krabi, nous prenons la direction du Tiger Cave Temple (Wat Tham Seua) situé à une dizaine de kilomètres de la ville. On aperçoit le bouddha doré trônant au sommet de la colline verdoyante et l’on se dit « Punaise, il va falloir monter jusque là-haut, nous ne sommes pas rendus ». Nous voilà presque à pied d’œuvre, les singes nous accueillent et font fi des convenances en escaladant sans vergogne les statues et même une tête de bouddha en toute impunité. Personne n’est pris en traître puisqu’au départ de la montée, un panneau annonce aux visiteurs les fameuses 1237 marches à gravir, d’autres indiquent qu’il faut se munir d’eau et être en bonne santé ; nous voilà prévenus et vous aussi. Prêts à nous suivre et à relever le défi ?

Tiger Cave Temple

Monkey

Il y a du monde et les candidats à se faire mal avec ces fichus escaliers très raides que l’on aperçoit du bas entament gaillardement la montée. Visiblement, cela ne va pas être une partie de plaisir. Avant d’attaquer, dites-vous bien que c’est comme pour une sortie ski de fond, il faut y aller mollo, aussi bien pour démarrer que tout au long de la grimpette. Pour encourager les aspirants à la souffrance, il y a des paliers où l’on s’arrête pour souffler et comme pour souligner la prouesse réalisée ou simplement donner une idée de ce qui reste encore à faire, le nombre de marches montées depuis le bas est peint en rouge sur un poteau. Quelques stupas dorés jalonnent cette montée à flanc de colline qui n’en finit pas.

Tout le monde s’encourage, même si l’on ne se connaît pas avec un mot de sympathie ou un sourire et certains jeunes aident même les anciens en leur prenant le bras dans les passages difficiles. Ce serait beaucoup trop simple si les escaliers étaient tous de la même hauteur, que nenni, certains atteignent 50 cm et Sylvie a bien du mal à les escalader, parce que pour elle comme pour d’autres, c’est bien de cela dont il s’agit. Et quand en plus, elle se prend les pieds dans son pantalon large, elle râle tout en le tenant d’une main et la rambarde de l’autre ; cela ajoute encore de la difficulté à cette ascension terriblement éprouvante. Mais que sommes-nous venus faire dans cette galère ? Si on se pose la question, nous ne sommes sans doute pas les seuls à le penser « Y’a intérêt que ce soit beau là-haut ! ». Allez, on respire un grand coup et on continue.

Nous croisons de jeunes Français qui redescendent rapidement ; ils nous confirment que les prochaines marches sont encore assez hautes, mais qu’ensuite cela va mieux jusqu’à l’arrivée. « Courage, vous y êtes presque ! » ; c’est vraiment sympa de nous encourager. La jeune fille prend le temps de se reposer, ses genoux jouent des castagnettes tellement ils tremblent. D’autres personnes ont une combine bien à eux pour limiter la fatigue en prenant les escaliers à reculons et la posture est assez originale. Quelle que soit la méthode pour descendre, visiblement, les genoux en prennent un coup aussi. Nous verrons cela plus tard. Enfin la dernière marche, le dernier effort et le dernier poteau où s’inscrit le score atteint de 1260 marches au total, soit 23 de plus que prévu, mais cela ne change pas la face du monde, on aurait presque pu en monter encore beaucoup d’autres. D’accord, c’est juste de la fanfaronnade, parce que nous sommes contents d’être arrivés.

Temple de la Caverne du Tigre

Forêt thailande

Le panorama à 360° est époustouflant et le bouddha doré veille du haut de son promontoire, sur son empire entourant la colline ; d’un côté, les forêts et les cultures s’étalent à perte de vue ; de l’autre, les montagnes découpent une magnifique fresque de crêtes jusqu’à l’horizon. Devant un tel décor, la fatigue est rapidement oubliée et nous profitons amplement de notre récompense gagnée à la sueur de notre front et là, nous n’exagérons pas du tout.

La descente est beaucoup plus facile que la montée, mais ne nous emballons pas, il ne faut pas aller trop vite avec ces escaliers pentus et le vide face à nous qui nous donne un peu le vertige ; il vaut mieux prendre son temps et se tenir à la rampe. Nous apprécions autrement le décor et c’est une facette différente des paysages que nous découvrons. De retour en bas, on se dit qu’on ne ferait pas çà tous les jours et pour cause ; nous en avons plein les pattes. Pour autant, nous sommes contents de notre performance, car c’en est une avec cette ascension assez sportive. Nous battons ici notre record de marches gravies ; hé oui, nous en étions restés à 768  à Ulm (Allemagne) en montant dans la flèche de son église, avec des escaliers en colimaçon à nous faire tourner la tête. Alors, si vous venez ici, prenez votre temps, le bouddha sera toujours en haut pour vous accueillir avec son mystérieux sourire et le panorama, c’est sûr, vous récompensera de vos efforts.

Laisser un commentaire

Voir également

Le Driving Creek Railway : un chemin de fer pas comme les autres.

Au commencement, c’est l’histoire d’un rêve complètement fou, celui de B…