Java à moto et la route de l’impossible.

Java à moto

Initialement, notre itinéraire devait nous amener à Paltuding, à près de 1900 m d’altitude. L’objectif était d’atteindre le sommet du Mont Ijen  à 2386 m pour faire une randonnée pédestre jusqu’au plus grand lac acide du monde, et ses panoramas uniques. C’est ici que les ramasseurs de souffre travaillent dans des conditions très difficiles. Malheureusement, un sérieux glissement de terrain rend la route impraticable et nous oblige à changer notre fusil d’épaule. Grosse déception. Cette partie intéressante du programme est abandonnée. Notre groupe accepte alors de prendre un itinéraire inconnu de notre accompagnateur. La route de l’impossible nous attend, et au début, on ne voit rien venir.

Tout va pour le mieux.

Des autobloquants pour construire une route, c’est assez étonnant. Et pourtant, à Java, beaucoup de routes menant à des petits bourgs ou groupement de quelques maisons sont construites de cette façon. Au début, c’est sur toute la largeur de la route et au fur et à mesure que l’on s’enfonce dans la jungle luxuriante, cela devient deux bandes roulantes avec de l’herbe au milieu et de chaque côté. Les pilotes sont très concentrés ; rouler là-dessus est moins évident qu’il n’y paraît. Non seulement, ça monte et ça descend, mais en plus l’humidité constante rend le sol glissant. A deux sur la moto, Bernard est particulièrement attentif. Pour l’instant, la balade est plaisante. Du vert et encore du vert tout autour de nous. Il fait beau, il fait chaud et le soleil brille.

Au fur et à mesure.

Java et sa jungle

Nous quittons les bandes roulantes pour aborder une partie plus sauvage et moins fréquentée au milieu de la jungle. Descendre une pente sur un chemin hérissé de cailloux, à deux, c’est un peu coton. Il faut vraiment aimer faire de la moto dans ces conditions. Rien à voir avec l’Himalaya, mais c’est pas mal non plus. Cela secoue dans tous les sens et Sylvie se demande vraiment si nous allons arriver entiers, en bas de la côte. Impec, tout le monde passe le cap et entame la grimpette juste après un petit pont.

Quand ça se corse.

Ensuite, c’est carrément du hors piste (Off road comme aiment à dire les motards) avec tous les aléas que l’on peut trouver. Les 7 motos se suivent à distance raisonnable et pour grimper, il vaut mieux mettre les gaz pour ne pas rester en carafe sur cette piste étroite envahie d’herbes folles, d’ornières, de gadoue et de cailloux. Quand tout se passe sans anicroche, c’est un ouf de soulagement, mais rien n’est assuré à l’avance. Là, c’est un peu du pif au mètre tant la piste est envahie de toutes parts. Il est où, il est où le chemin ? On le distingue à peine dans ce bazar verdoyant. En tout cas, on croise les doigts et on continue vaille que vaille.

Chutes à l’horizon.

La première.

Nous sommes les 4ièmes dans la grimpette et c’est chaud. Tristan, sûr de lui s’éclate comme un petit fou en ouvrant la route avec Séno, notre mécanicien. Plus c’est merdique, plus il est content. Morgane qui n’a jamais fait de hors piste suit courageusement, puis Pascal et nous sommes derrière. Cédric, Patrick et Didier nous talonnent de près. Aïe ! Au sortir d’un virage, on aperçoit du vert à terre, non, pas un ver de terre, mais la moto verte de Morgane. Tout va bien, elle est debout avec un sourire légèrement crispé, mais ne peut relever la bécane. Elle vient de se prendre une grosse ornière et une belle frayeur. Pascal s’arrête pour l’aider et Bernard continue pour aller prévenir notre accompagnateur, plus loin dans la pente.

La seconde.

Moto tombée

Il est alors convenu avec Tristan de ne pas persévérer sur ce chemin chaotique et de faire demi-tour. Sylvie descend pour aller rejoindre les autres et Bernard continue pour retourner un plus haut. Et là, dans le micmac sur le chemin, sa roue avant ripe sur un caillou. Bim, c’est la chute. Il se coince le pied sous la bécane et a des difficultés pour se dépêtrer. Ouille, le gros orteil semble avoir ramassé et son voisin aussi. Bref, comme on dit, ce n’est pas le pied, mais il faut faire avec. Cela n’est pas sans lui rappeler sa chute dans le fech-fech au Pérou. Par contre ici, pas de sorcier pour le papouiller, on verra ce soir à l’hôtel et on fera avec les moyens du bord avant notre retour en France, dans quelques jours. Tristan arrive alors à la rescousse pour remettre la moto debout.

On s’en retourne.

motards dans la jungle

Les filles descendent le sentier et remontent la côte à pied : les messieurs reprennent leurs machines. C’est un peu rock and roll. Les pilotes manœuvrent dans tous les sens, ils avancent, puis ils reculent et rebelote jusqu’à ce qu’ils puissent repartir. Puis, Didier et Cédric font des allers-retours sur cette portion maudite à la recherche des gants perdus de Didier ou plutôt, supposés comme tels. Du coup, tout le monde s’y met et scrute les herbes hautes. On cherche, on cherche, mais on ne trouve rien. Et pour cause. En fait, ces fameux gants étaient juste bien rangés dans le top case de Pascal. Alors Didier, un petit coup de mou ?

Certains se débrouillent mieux que d’autres.

Motards javanais

D’un seul coup, il y a presque foule. Nous croisons des locaux à deux sur leur engin et les pilotes sont même en tongs sur la descente caillouteuse. Ils sont hilares et ne comprennent visiblement pas pourquoi nous rebroussons chemin. Pour eux, ce doit être leur route habituelle et leur quotidien, alors pourquoi pas nous ?  En vérité, nos motos ne sont pas vraiment adaptées pour ce type de terrain. Evidemment, il faut bien se trouver des excuses devant notre défection. Deux chutes dans cet enfer vert, c’est déjà un bon score. Mieux vaut ne pas tenter le diable. Les banana fritters se débrouillent beaucoup mieux à table ! Là, on sent que l’on va se prendre des coups.

Au fait, radios prises à notre retour en France, Bernard a bien un doigt de pied fracturé, celui que l’on appelle Digidus secundus Pédis (ça fait savant non ?), soit le deuxième doigt après le gros orteil. Rien de bien méchant. Il lui faut être patient et tout rentrera gentiment dans l’ordre d’ici quelque temps.

  • Bali : Nom de code banana fritters.

    Banana fritters ! Pas banal comme nom de baptême pour notre groupe. On le doit à Tristan, …
Charger plus dans Indonésie

4 Commentaires

  1. Laurent

    20 novembre 2022 at 15 h 10 min

    Je pense que je prendrai plutôt l’option à pied et sans tong sur ce sentier
    Quelle aventure en tout cas !

    Répondre

  2. Pascal TOUFIC

    21 novembre 2022 at 9 h 05 min

    Super Sylvie et merci. Quels magnifiques souvenirs !

    Répondre

Laisser un commentaire

Voir également

La Dolce Via en trois coups de pédale.

Se perdre dans l’Ardèche sauvage et pittoresque, quel beau programme ! Et quoi de mieux qu…