La vallée sacrée des Incas.

Pérou

La vallée sacrée est le berceau de l’Empire Inca dont la capitale est Cusco. C’est ici que nous trouvons les plus grands sites archéologiques liés à l’observation et la vénération du soleil et du cosmos par ce peuple. Exception faite du Machu Picchu dont nous vous parlerons un peu plus tard, nous découvrons quatre lieux incontournables étonnants. Partons à leur découverte.

Cusco est à environ 35 km et la route sinueuse que nous empruntons avec nos motos, entre champs et hautes montagnes, nous conduit dans un cul-de-sac où se situe le site de Pisaq.

Pisaq.

Site archéologique de Pisaq

Pérou

Site archéologique Pérou

Nous sommes à 3400 m d’altitude et le complexe archéologique construit au sommet de la colline domine la vallée. Ce qui frappe en premier, ce sont les immenses terrasses agricoles andines, les Pata Pata en escaliers, témoins du savoir-faire ingénieux des Incas pour l’agriculture. Elles occupent tout un versant de montagne et sont en complète harmonie avec l’environnement.

Nous n’hésitons pas à grimper tout en haut du promontoire pour visiter les plus hautes constructions et bénéficier ainsi d’un panorama imprenable sur la vallée. Les ruines d’anciens temples, places et autres édifices s’étalent sur plusieurs niveaux, selon leur fonction religieuse, militaire ou même agricole. Nulle certitude aujourd’hui sur l’une de ces fonctions ou les trois en même temps pour ce site exceptionnel très bien conservé et entretenu.

Le temps de grimper sur nos motos et nous reprenons la route, puis la piste cahoteuse pour aller en direction de Moray. Qu’allons-nous donc voir ?

Le laboratoire agricole inca de Moray.

Une curiosité.

Pérou

Vu du dessus, on imagine bien une invention extraterrestre, genre parking pour engin spatial. Que nenni ! Il s’agit d’un système de terrasses circulaires et concentriques créées telles des amphithéâtres dans d’immenses dépressions naturelles. Plusieurs de tailles différentes de ces constructions sont disséminées sur le site. C’est ici que les Incas produisaient différentes plantations sur ces terrasses à l’orientation spécifique liée au vent et au soleil.  Cette façon de faire permettait de créer une température adéquate pour la culture. Moray est donc une station expérimentale avec un système d’irrigation qui changeait aux solstices et aux équinoxes en s’adaptant à l’environnement où se trouvait la zone agricole.

Nous continuons la découverte de cette vallée sacrée en prenant tranquillement le chemin des mines de sel.

Les mines de sel de Maras.

Un véritable patchwork.

Mines de sel au Pérou

Sel de Maras

Ce que nous découvrons du haut de la route est complètement inattendu et saisissant. Les innombrables piscines que nous dominons créent un décor pittoresque, au fond de la vallée. L’eau naturellement salée provient d’une source naissant plus haut dans la montagne ; elle est ensuite répartie dans les multiples bassins suspendus en terrasses que nous apercevons en contrebas.

On emprunte des petits murets très étroits pour approcher au plus près du sel et regarder des ouvriers travailler. Ces salines sont toujours exploitées et font vivre de nombreuses familles. Bien sûr, nous ne manquons pas d’acheter le célèbre sel inca de Maras aux herbes ou au piment pour réveiller nos papilles et agrémenter nos petits plats, à notre retour.

Ollantaytambo

Il nous reste un dernier endroit à découvrir et nous filons pour la fameuse citadelle. Les rues sont entièrement pavées et nous sommes secoués sur nos motos en passant sous les banderoles multicolores qui donnent un air de fête très sympathique au village.

OLLANTAYTAMBO.

Site archéologique Inca Pérou

Ollantaytambo

Construction inca

Passé le mur d’enceinte, nous sommes face à d’immenses terrasses et des escaliers monumentaux permettent d’accéder au sommet des édifices. Ce n’est pas facile d’escalader ces hautes marches avec les pantalons de moto et les protections qui gênent aux entournures. Il fait chaud et nous prenons notre temps pour la grimpette en admirant le panorama ; nul besoin de se bousculer. La construction des murs est fascinante et c’est une constante dans tous les sites incas. Regardez la forme antisismique en trapèze de la porte et la hauteur ; ils n’étaient pas bien grands à l’époque (Sylvie non plus d’ailleurs). Les pierres s’imbriquent les unes dans les autres d’une façon parfaite, sans joint. Leurs tailles sont parfois démesurées et certains blocs peuvent peser plusieurs tonnes. Hé non, nous n’exagérons pas du tout. Nous sommes à la fois ébahis et admiratifs devant de telles prouesses.

Si le Machu Picchu est un fabuleux exemple du génie et du savoir-faire inca, cette forteresse exceptionnelle n’est pas en reste, bien au contraire. Autrefois centre religieux, militaire et politique, ses ruines valent largement la visite avec la superbe vallée qui l’entoure.

C’est avec beaucoup de plaisir que nous parcourons cette vallée sacrée des Incas à moto où les paysages verdoyants, les cultures et les montagnes donnent une autre vision de ce pays. Nous y découvrons les sites archéologiques témoins de la grandeur de cette civilisation disparue et les vestiges que nous contemplons défient encore aujourd’hui, le temps et l’entendement.

Charger plus dans Pérou

Laisser un commentaire

Voir également

Les cascades du Sautadet, une pépite du Gard.

Les régions Occitanie et Auvergne Rhône-Alpes sont volontiers nos terrains de balade pour …