Contrôles douane ou sécurité : florilège de quelques mésaventures.

qui

douanier

En arrivant aux contrôles de la douane ou de la sécurité, nous ne sommes jamais tranquilles même si nous n’avons rien à nous reprocher. Pas vous ? C’est toujours la même interrogation : allons-nous passer sans problème ? Vous imaginez bien qu’avec nos nombreuses escapades aux quatre coins du monde, nous avons forcément quelques anecdotes à ce sujet. Cela reste des souvenirs marquants qui nous font encore sourire aujourd’hui.

Remontons le temps pour quelques exemples.

Moscou.

1979, nous sommes encore à l’époque de la guerre froide. Le passage de la douane et de la sécurité sont particulièrement stressants avec un contrôle des plus tatillons. Bref, Bernard se demande encore aujourd’hui comment il a réussi à prendre l’avion du retour. Heureusement qu’il n’a pas rasé sa moustache comme il en avait l’idée, sinon, c’était cuit. Mais ça, c’était avant !

Poste frontière au col du Petit Saint-Bernard.

Col petit Saint-Bernard

Nous sommes en camping-car avec nos jeunes enfants et nous rentrons en France par le col du Petit Saint-Bernard via l’Italie. A l’époque, il y avait encore un poste frontière, cela remonte donc aux calendes grecques, comme on dit ! Un douanier arrête le véhicule et pose la question traditionnelle « Avez-vous quelque chose à déclarer ?  » Et nous faisons la réponse traditionnelle « Non »  » Bien,  je vais contrôler le véhicule « .

Inspection.

C’est parti. Il monte et entreprend d’ouvrir les portes des placards. Tout va bien pour le premier et le second. Il tend la main pour ouvrir une troisième porte. Nous nous regardons Bernard et moi en pensant « Non, non, pas celle-là ». Trop tard. Pif, paf, boum ! Toutes les casseroles lui tombent sur les pieds. Ce n’est pas un attentat, monsieur le douanier, c’est juste le bazar qui dégringole. Du coup, il s’excuse, essaie de ranger au mieux, puis renonce à faire d’autres investigations. Nous nous retenons pour ne pas éclater de rire. Trop drôle !

USA à Los Angeles.

USA drapeau américain

A l’arrivée.

Nous arrivons pour un road trip à moto dans l’ouest américain et la route 66. On le sait  pourtant que l’on doit se méfier de la pomme. Depuis Eve, c’est un fruit défendu.  C’est bien de cela qu’il s’agit, d’une simple Granny Smith coincée dans les chaussettes de Sylvie. C’est interdit et les douaniers ne plaisantent pas avec ça. Alors, si vous voyez un gentil toutou venir s’assoir tranquillement près de vous, il y a quelque chose qui cloche. Pour autant, à part une perte de temps, la mésaventure se termine bien et la leçon est retenue.

Au départ, au contrôle des bagages à main.

Quand passe la valise cabine de Sylvie (encore elle), c’est le branle-bas de combat. Elle fait trois allers-retours dans le détecteur de contrôle. C’est louche. Arrêt sur image. Qu’est-ce-que c’est ? Le contrôleur pointe l’objet du délit à son chef accompagné du sous-chef. Une queue se forme derrière Sylvie qui patiente gentiment. « Est-ce votre bagage «  » Oui« . Le contrôleur lui fait signe de venir sur le côté et d’attendre là. Les gens s’écartent et appliquent la distanciation physique ; nous ne sommes pourtant pas dans la pandémie actuelle du COVID 19.

L’objet du délit.

Trois personnes entourent la valise que l’on ouvre avec toutes les précautions d’usage. On sort l’objet mystérieux ; celui qui pose question et qui inquiète tout le monde. C’est dans un filet et c’est de toutes les couleurs. On vous le donne en mille. Il s’agit simplement de plusieurs rouleaux de jetons de poker, achetés à Las Vegas pour JP. Impossible de les reconnaître sur l’écran de contrôle. Tout le monde se détend et Sylvie a même droit à quelques sourires.

Canada à Montréal.

drapeau canadien fantaisie

Celle-là, on ne nous l’avait encore jamais faite. Nous sommes en transit pour aller faire une virée moto en Inde, plus particulièrement dans le Ladakh. A nous l’Himalaya et tout et tout. Nous allons bientôt embarquer dans l’avion et attendons patiemment. Les personnes passent par groupe de huit/dix. Soudain, nous entendons des coups de gueule et des vociférations véhémentes. Que se passe-t-il ? Nous ne voyons rien, tout le monde est intrigué et reste interrogatif. Arrive notre tour.

Rambo entre en scène.

Un douanier nous hurle littéralement dessus et gesticule. Il donne du muscle et de la voix. Vous voyez le genre ! Il fait les cent pas, la main posée sur son flingue et nous demande de nous aligner les uns à côté des autres, le long du mur. Personne ne moufte. Là, il faut mettre ses bagages à main à ses pieds, ainsi que les vestes. Nous restons les bras ballants et tout le monde adopte le mode profil bas. Arrive le maître-chien avec son toutou renifleur, haut sur pattes. Sur son ordre, l’animal, l’air de rien fait des allers-retours devant nous à plusieurs reprises, sans pourtant nous donner l’impression qu’il nous prête une quelconque attention. C’est bon, tout va bien, il n’y a pas de dealer dans notre groupe et Rambo nous souhaite alors un bon voyage. Aux suivants !

Italie à Naples.

Drapeau italien

Avant de quitter cette belle napolitaine, nous faisons une provision de quelques spécialités. Il y a plein de bonnes choses, dont les fameux babas au rhum. Les vrais de vrais ! JP nous en avait ramené un petit pot de son dernier city trip là-bas et forcément, il y a comme un goût de reviens-y. Hop, direction la bonne adresse, là où on est sûr de ne pas se tromper. Les voilà bien emballés dans notre bagage à main.

Raté.

Confiants, nous passons au contrôle sécurité. Et là pas de bol. Le contrôleur nous fait tout un laïus, comme quoi les pots sont trop gros et dépassent la norme autorisée. Mon œil ! Il les prend et les dépose alors délicatement au fond de la poubelle. Pas sûr que nos babas soient perdus pour tout le monde.

Tout comme nous, vous avez sans doute subi quelques désagréments en passant les postes de sécurité ou les douanes. Pour nous, rien de bien méchant en somme. Quand on y repense, cela nous fait encore sourire. Quoique sur le coup, la rigolade n’est pas de mise devant les uniformes.

Crédit photo : France tv info (1) Ténam2 (2) Wall alphacoders (4)

Charger plus dans Hors-Sujet

Laisser un commentaire

Voir également

Chasser les aurores boréales en Laponie.

Quand on vient en Laponie finlandaise, le rêve suprême, c’est bien sûr l’observation des a…